logo

Une envie, un souci ?

Contactez-nous au

0844 56 78 90
du lundi au vendredi de 8H à 17H !

Actualtés récentes

Une question ? Appelez-nous ! | 0844 56 78 90
Sur la route des vacances

Quelques astuces pour un estomac léger sur la route des vacances

Un vendredi soir, dans une salle d’embarquement. L’avion s’annonce avec 2 heures de retard. Comment faire pour attendre avec le ventre vide et un seul distributeur automatique de barres chocolatées? Même scénario sur la route, les bouchons sont plus longs que prévu et pas un seul restaurant à l’horizon.

«On passe beaucoup de temps à organiser les bagages pour partir en vacances», commente avec justesse Thérèse Genolet «mais on oublie souvent de préparer les repas et les encas pour le voyage». Cette genevoise et diététicienne à l’association Fourchette Verte de Genève est membre de l’ADiGe, Antenne des Diététiciens genevois. Pour Takinoa, elle nous livre ses conseils pour bien voyager sur la route des vacances. «Pour rester serein, je conseille de prendre des fruits entiers faciles à transporter. Des fruits de saison comme des abricots, des pêches ou des nectarines, qu’on peut stocker dans des tupperwares. J’éviterais les fruits déjà coupés, car on perd de la vitamine C. C’est une 2ème solution.»

En voiture, jouez l’anticipation: «Idéalement, il faudrait pouvoir prévoir une glacière pour transporter et conserver au froid un repas préparé chez soi. Cela permet de garder un bon niveau d’hygiène et son équilibre alimentaire avec à chaque repas des légumes, un féculent et de la protéine. Quand on a très faim, on se jette souvent sur des choses grasses et sucrées» ajoute encore Thérèse Genolet. Si la glacière est impossible à stocker et pour éviter de dépasser le seuil de la faim, «on peut aussi prendre sur soi une simple poignée de fruits secs. Un mélange de noisettes, d’amandes, c’est intéressant… Ce sont de bonnes matières grasses» ajoute encore la diététicienne.

En avion, l’organisation n’est pas la même. Yaël Bruigom est végétarienne et responsable des relations presse chez Takinoa. Elle a souvent pris l’avion et a appris à jouer avec les codes alimentaires de l’aéronautique: «quand j’achète mon billet d’avion, je réserve en avance un des menus «spéciaux» proposés sur le vol. Toutes les compagnies en proposent maintenant comme le menu végétarien ou le menu ovo-lacto végétarien. Ce sont souvent des menus plus légers que les menus classiques qui sont servis pour tous les passagers. Autre avantage : ces menus sont servis en priorité, on peut manger et dormir plus rapidement si le voyage est long…»

Bien manger et surtout bien boire: pour voyager léger, il faut être suffisamment hydraté. «En avion, l’hydratation est encore plus importante que ce que l’on mange» ajoute Yaël Bruigom. Le challenge pour le vacancier consiste donc à trouver une bouteille d’eau après le passage sous douane, pour avoir de quoi s’hydrater dans l’avion et ne pas être obligé de demander en permanence à boire. «Il faut boire 1,5 litres d’eau fraiche chaque jour» recommande encore Thérèse Genolet. «Nous conseillons de prendre une gourde et de la remplir de l’eau du robinet qui est très bonne en Suisse». Surtout pas de boissons sucrées qui ne désaltèrent pas suffisamment.

Autre astuce de Yaël Bruigom: «dans les avions, le personnel sert souvent des chips pour des raisons commerciales: «Cela pèse moins lourd que les autres aliments conditionnés. Le poids de la nourriture compte énormément dans les avions, pour leur rentabilité. Je conseille de prendre quelques fruits secs sur soi ou une boule d’énergie comme celles que l’on trouve chez Takinoa, pour ne pas avoir faim et succomber à la tentation des chips.»

Les grandes voyageuses qui font très attention à leur ligne, choisiront de manger un repas complet juste avant de prendre la route avec dans l’estomac des sucres lents et des féculents. Zéro risque de fringale à l’horizon. Et dans la poche, quelques sachets de thé ou de tisanes bio.

La clé d’un voyage réussi tient finalement en 2 mots: anticipation et organisation.

«Il ne faut surtout pas sauter de repas» conseille encore Thérèse Genolet. «Si vous n’avez pas pris de légumes frais ou de fruits pendant le voyage, alors vous compensez à l’arrivée en en mangeant en priorité.»

TAKINOA | Food for joy